• Aujourd'hui je pense qu'il était le moment de lui expliquer. Je lui adresse donc ce mail. Le lira t il ? Je n'en ai aucune certitude.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------

    Tout ce que nous ne pouvons te dire de vive voix, je vais essayer de le transcrire ici... Je sais que tu vas trouver tout ça pas très franc. Mais j'ai du mal à parler. Si j'ai fais le silence sur mon viol pendant tant d'années, tu penses bien que c'est parce que je ne peux pas parler.

     

    Je n'essaye pas par ce mail de me rapprocher de toi une fois encore.  C'est fini et bien fini alors n'ais pas peur.

     

    Je veux juste m'expliquer sur ma colère de jeudi... car oui, jeudi je t'ai trouvé d'une maladresse absolument intolérable.

     

    Tu sais que j'ai été longtemps amoureuse de toi. Tu sais aussi que tu es celui qui m'a révélée à l'amour, au plaisir. Je te l'ai dit en juillet. Tu sais que je ne t'ai jamais rien demandé. Je sais que tu ne m'as jamais rien promis.

     

    Ca c'est implicite.

     

    Dans notre relation, j'avais assimilé que nous avions aussi nos propres vies. Nos propres rencontres. Et tu le sais. Mais nous n'en parlions pas entre nous. Et c'est dommage.

     

    Alors pourquoi as tu attendu le moment ou je suis le plus fragile pour me parler de ta rencontre de jeudi... Pourquoi tenter de séduire Camille... pourquoi rire de moi au moment ou j'avais, au contraire, le plus,  besoin de toi ?

     

    Je me suis demandée si c'était volontaire, maladroit ou simplement de la bêtise.

     

    J'avoue que je ne sais pas : ce qui explique le coup des neurones.

     

    Quant à te dire que tu as 50 ans et des poussières... et qu'un jour, il y aura un retour de boomerang, je le pense.

     

    Et enfin, toutes ses aventures, qui s'enchaînent, avec n'importe qu'elle genre de femmes.... Dis moi Phil, il me semble que tu te perds, que tu t'abîmes. Tu es le seul avec lequel je ne me suis jamais protégée, avec lequel j'ai fais l'amour sans me préserver pour mieux te sentir en moi, pour une proximité en osmose, mais est ce que j'ai pris des risques ??? j'ai presque peur maintenant.

     

    Enfin, je voudrais te dire que tu n'es pas responsable de mon acte de dimanche dernier... Ca  faisait longtemps que j'y pensais. J'y pense très souvent. Comme attirée par la mort. Parce qu'elle me semble plus sereine que la vie. Alors j'espère qu'au fond, tu ne culpabilises pas. Mais je ne le pense pas. Tu n'es pas de la race de ceux qui culpabilise. Et tant mieux.

     

    Pour ma part, j'ai beaucoup progressé, j'étais amoureuse, puis je t'ai aimé tout simplement, et maintenant j'essaye d'oublier. J'avais juste besoin de savoir hier, au téléphone, si toi tu m'avais vraiment aimée (un jour, une semaine, un mois, 6 mois....) Mais tu préfères parler virus informatique envoyés par mes copines ou ami aux RG, de ma soi disant naïveté,... Nous avons un vrai langage de sourds.

     

    Quelque chose me choquait depuis quelque temps... Au début, quand tu me parlais, tu me regardais dans les yeux, mais depuis quelques temps, tu évitais mon regard. Ce sont des choses qui ne trompent pas...

     

    Je n'oublie pas non plus que tu as fait des gestes vers moi le 12 novembre, et je t'ai repoussé. A plusieurs reprises. J'aurais du me laisser aller dans tes bras... j'aurais du te dire que je me sentais exclue. J'aurai du pleurer simplement.

     

    J'ai fait des erreurs, toi aussi, NOUS avons fait des erreurs. C'est dommage car j'avais vraiment le rêve d'une vraie tendresse amicale avec toi. Je crois que je me suis trompée. Une fois de plus.

     

    Peut être qu'un jour, plus tard... nous aurons l'occasion d'en reparler. La tête froide.

     

    Je t'embrasse et prends soin de toi.

     

     

    Caro

    votre commentaire
  • Mélancolie...

    Je reviens une semaine en arrière et j'étais devant mon écran à dialoguer avec lui. Ou plutot à essayer, car nos echanges n'ont été jusqu'alors, que langage de sourds.

    Vers midi, je suis allée lui déposer quelques affaires qui étaient restées chez moi. Je l'ai regardé s'éloigner, sachant que c'était fini cette fois.

    Le vide a été tel que je savais exactement ce que j'allais faire en rentrant dans mon nid. Avaler tout ce que j'avais de lexomil et somnifère.... Pour m'endormir, definitivement.

    Il parait que le téléphone a sonné tout l'apres midi... Il parait que dans un délire total j'ai fini par ouvrir ma porte à sa voix vers 19 h 00 alors que je ne répondais pas à mes amies. Il parait que les pompiers sont venus me chercher pour m'emmener aux urgences de l'hopital le plus proche. Il parait qu'il a pris un apéro, prevenu mes contacts internautes, "pompiers, hopital, pas grave". Il parait qu'il est venu me chercher 1 h 30 après. Qu'il m'a couchée... qu'il a attendu que je dorme et qu'il est partit....

    J'ai un trou noir.... 2 jours de ma vie m'ont échappé.... les médicaments ont fini d'effacer cette sordide histoire.

    Je voulais disparaitre.... et finalement, c'est mon histoire qui a disparue. Trop d'évènements négatifs ces derniers jours. Trop de souvenirs lointains qui me reviennent.

    Avec l'aide de mes ami(e)s, j'ai pris le taureau par les cornes... Pris rendez vous avec le toubib puis avec le psy. Il faut que j'analyse pourquoi j'ai enterré de si longues années cet épisode de mes 15 ans. Et surtout, il faut que je comprenne pourquoi c'est lui qui m'a révélée à l'amour, à la vie, il y a un an.... Lui, le manipulateur pervers, le trafiquant d'amour, le provocateur, joueur, menteur, tricheur....

    Je sais que je vais m'en sortir. Il le faut. Je le dois. Pour la vie il faut que je me batte.


    1 commentaire
  • Etes-vous sincère :

    La vérité toute nue. Vous n'aimez pas vous compliquer la vie c'est sans doute pourquoi vous vous montrez tel(le) que vous êtes. Vous assumez les plus souvent vos erreurs sans chercher à vous justifiere et à travestir la vérité. Bien sûr, il vous arrive de mentir, mais vous avez l'excuse de la générosité car c'est d'avantage pour faire plaisir que pour vous mettre en valeur.

    Je me sens toute nue...

    Je crois que j'ai des efforts à faire pour apprendre à mentir et m'éviter ainsi quelques déboirs....  


    votre commentaire
  •  la radio, Lara Fabian... "tout tout est fini entre nous, tout, je garde l'espoir fou... qu'un jour on redira nous..."

    Ma mère va surement recevoir le courrier que je lui ai adressé? ce matin....

    Elle va apprendre que sa petite fille devenue grande, réalise que sa vie n'est qu'un leurre, son libertinage : une façon d'échapper à la réalité, ses excès : une façon d'oublier, son besoin de tendresse et d'affection : réel. Car sa petite fille, elle vient de réaliser, grace à un homme, que le plaisir existe. Que le viol n'était pas de sa responsabilité. Que les hommes valent le coup d'être connus...

    Connus pourquoi me direz vous ? parce qu'il y en a surement des "top". Des tendres, pas egoiste dans le plaisir, meme s'ils le sont dans la vie. Et ca, c'est une grande richesse.

    Il a fallu une erreur, un fameux 12 novembre, pour qu'elle comprenne que :

    ELLE N'EST PAS "RIEN" !

    Elle existe, elle vie, meme si elle a ete exclue du jeu, meme si cette femme lui a fait du mal, meme si elle s'est sentie rejetée... Non elle n'est pas rien. Elle a aussi le droit d'exister, et enfin de ne plus revivre ce qu'elle a vecu à 15 ans. Elle a le droit de dire Non. Elle en a meme le devoir. Pour sa sauvegarde. Pour la sauvegarde de sa vie.
     
    Elle a mis du temps à comprendre. Elle a fait une enorme betise en tentant de disparaitre totalement. Elle n'a pas réussi. Grace à lui. Simplement parce qu'elle a entendu sa voix derrière la porte, au telephone. Simplement parce que pour la deuxième fois il l'a ramenée à la vie. Il l'a sauvee deux fois en 1 an et 3 jours et elle avait attendu 42 ans pour être sauvee.
     
    Matin blues... et il est temps maintenant de filer sous la douche... de laver toute sa peine sous une eau tiède.

    1 commentaire
  • Les souvenirs remontent... aujourd'hui je comprend, j'assimile, j'en parle, je paye...

    Un dimanche soir d'hivers, il y a longtemps, un homme m'a fait mal. J'avais 15 ans. Il m'a volé ce que j'avais de plus cher : ma candeur.

    J'ai occulté, oublié, enterré ce souvenir pendant de longues années.

    J'ai fait mal à mon tour. J'ai fait pleurer les hommes. Je les ai maltraité, mal aimé, pas aimé du tout.

    Il a fallu une rencontre, il y a un an et quelques heures, pour que je commence à comprendre ce que c'est que l'amour physique. Il a fallu cette rencontre pour "réveiller" mes sentiments. Il a fallu que je "tombe" amoureuse de celui qui ne méritait pas mes sentiments.

    J'ai la sensation d'avoir été trahie 2 fois. Une fois par le violeur de mon corps, une fois par celui de mon coeur. 

    Il a fallu que cet homme se trouve sur mon chemin.

    L'expérience est douloureuse aujourd'hui, mais je crois qu'elle est un passage obligatoire pour aller vers la guérison.

    En attendant je souffre, et probablement que je vais faire des dégats sur mon passage, mais le plus important, c'est peut être de me faire exister enfin.

    Je vais gamberger un peu... et méditer


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires