• Mon mail envoyé aujourd'hui

    Aujourd'hui je pense qu'il était le moment de lui expliquer. Je lui adresse donc ce mail. Le lira t il ? Je n'en ai aucune certitude.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------

    Tout ce que nous ne pouvons te dire de vive voix, je vais essayer de le transcrire ici... Je sais que tu vas trouver tout ça pas très franc. Mais j'ai du mal à parler. Si j'ai fais le silence sur mon viol pendant tant d'années, tu penses bien que c'est parce que je ne peux pas parler.

     

    Je n'essaye pas par ce mail de me rapprocher de toi une fois encore.  C'est fini et bien fini alors n'ais pas peur.

     

    Je veux juste m'expliquer sur ma colère de jeudi... car oui, jeudi je t'ai trouvé d'une maladresse absolument intolérable.

     

    Tu sais que j'ai été longtemps amoureuse de toi. Tu sais aussi que tu es celui qui m'a révélée à l'amour, au plaisir. Je te l'ai dit en juillet. Tu sais que je ne t'ai jamais rien demandé. Je sais que tu ne m'as jamais rien promis.

     

    Ca c'est implicite.

     

    Dans notre relation, j'avais assimilé que nous avions aussi nos propres vies. Nos propres rencontres. Et tu le sais. Mais nous n'en parlions pas entre nous. Et c'est dommage.

     

    Alors pourquoi as tu attendu le moment ou je suis le plus fragile pour me parler de ta rencontre de jeudi... Pourquoi tenter de séduire Camille... pourquoi rire de moi au moment ou j'avais, au contraire, le plus,  besoin de toi ?

     

    Je me suis demandée si c'était volontaire, maladroit ou simplement de la bêtise.

     

    J'avoue que je ne sais pas : ce qui explique le coup des neurones.

     

    Quant à te dire que tu as 50 ans et des poussières... et qu'un jour, il y aura un retour de boomerang, je le pense.

     

    Et enfin, toutes ses aventures, qui s'enchaînent, avec n'importe qu'elle genre de femmes.... Dis moi Phil, il me semble que tu te perds, que tu t'abîmes. Tu es le seul avec lequel je ne me suis jamais protégée, avec lequel j'ai fais l'amour sans me préserver pour mieux te sentir en moi, pour une proximité en osmose, mais est ce que j'ai pris des risques ??? j'ai presque peur maintenant.

     

    Enfin, je voudrais te dire que tu n'es pas responsable de mon acte de dimanche dernier... Ca  faisait longtemps que j'y pensais. J'y pense très souvent. Comme attirée par la mort. Parce qu'elle me semble plus sereine que la vie. Alors j'espère qu'au fond, tu ne culpabilises pas. Mais je ne le pense pas. Tu n'es pas de la race de ceux qui culpabilise. Et tant mieux.

     

    Pour ma part, j'ai beaucoup progressé, j'étais amoureuse, puis je t'ai aimé tout simplement, et maintenant j'essaye d'oublier. J'avais juste besoin de savoir hier, au téléphone, si toi tu m'avais vraiment aimée (un jour, une semaine, un mois, 6 mois....) Mais tu préfères parler virus informatique envoyés par mes copines ou ami aux RG, de ma soi disant naïveté,... Nous avons un vrai langage de sourds.

     

    Quelque chose me choquait depuis quelque temps... Au début, quand tu me parlais, tu me regardais dans les yeux, mais depuis quelques temps, tu évitais mon regard. Ce sont des choses qui ne trompent pas...

     

    Je n'oublie pas non plus que tu as fait des gestes vers moi le 12 novembre, et je t'ai repoussé. A plusieurs reprises. J'aurais du me laisser aller dans tes bras... j'aurais du te dire que je me sentais exclue. J'aurai du pleurer simplement.

     

    J'ai fait des erreurs, toi aussi, NOUS avons fait des erreurs. C'est dommage car j'avais vraiment le rêve d'une vraie tendresse amicale avec toi. Je crois que je me suis trompée. Une fois de plus.

     

    Peut être qu'un jour, plus tard... nous aurons l'occasion d'en reparler. La tête froide.

     

    Je t'embrasse et prends soin de toi.

     

     

    Caro

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :